Comment le GNR est-il fabriqué ?

Publié le Dimanche 3 Février 2019 - Les actualités du GNR

Carburant destiné aux engins mobiles non routiers, tels que les tracteurs et machines agricoles, les engins industriels ou encore de chantier, le GNR est fabriqué au départ de pétrole et de biocarburants. Explications.

A l’image du diesel et de l’essence, le GNR est un type de carburant. Depuis plusieurs années, il est utilisé pour l’ensemble des engins mobiles non routiers :

  • les tracteurs et machines agricoles ;
  • les bateaux de navigation intérieure ainsi que certains bateaux de plaisance lorsqu’ils ne naviguent pas ;
  • les engins forestiers, de chantier ou encore de travaux publics.

Mais comment ce gazole non routier est-il produit ?

Le GNR : 5 grandes étapes de fabrication

Le GNR est un produit issu du raffinage du pétrole. Pour obtenir ce carburant, le pétrole doit être transformé car il ne peut être utilisé dans son état brut. Le gazole non routier est ainsi fabriqué en plusieurs grandes étapes :

  1. Après avoir été extrait de son gisement et acheminé jusqu’à la raffinerie, le pétrole est nettoyé des éventuelles impuretés qu’il peut contenir, comme du sable ou de l’eau par exemple.
  2. Il est ensuite distillé, c’est-à-dire chauffé à différents paliers de température afin d’obtenir trois grandes « coupes », c’est-à-dire trois grands composants. On distingue ainsi dans la colonne de distillation :
  • les produits légers en haut (l’essence, le butane, le propane et autres gaz) ;
  • les produits moyens au milieu (le kérozène, le gazole et le fioul domestique) : pour le gazole, le pétrole est porté à ébullition entre 200 et 350°C ;
  • les produits lourds dans le fond (le bitume, la paraffine, le fioul lourd).
  1. Une fois obtenu, le gazole, qu’il soit routier ou non routier, est amélioré. Il subit en effet divers traitements afin de répondre aux normes européennes en vigueur. On réduit ainsi son taux de soufre grâce à un traitement à l’hydrogène afin de limiter son impact écologique, on améliore son indice de cétane pour rendre sa combustion plus performante, on contrôle sa densité, etc.
  2. Le GNR est encore enrichi en biocarburants, et plus spécifiquement en Ester Méthylique d'Acide gras (EMAG), afin de compenser sa faible teneur en soufre.

Le gasoil non routier comprend ainsi au maximum 7% d'EMAG, élaborés généralement à partir d’huile végétale de colza. C’est à cause des propriétés détergentes des biocarburants que le stockage du GNR doit se faire dans des conditions précises et pour une durée limitée.

  1. Le gazole non routier est alors prêt à être utilisé dans vos machines. Les distributeurs de GNR peuvent choisir d’améliorer encore les performances de leur produit, en y intégrant des additifs par exemple.

Le GNR, similaire au diesel

D’un point de vue chimique, le GNR affiche une composition identique au gazole routier, c’est-à-dire au diesel que nous utilisons dans nos voitures. Il est ainsi constitué d’hydrocarbures plus lourds que l’essence, répartis autour du cétane.

Le gazole non routier est néanmoins de couleur rouge et contient un agent traceur, afin de pouvoir être distingué des autres types de carburant, notamment en cas de contrôle. Parce qu’il est soumis à une fiscalité avantageuse, il peut en effet être tentant d’utiliser du GNR dans une voiture à la place de diesel, mais un tel acte est strictement interdit.