L’évolution du prix du GNR en juin 2019

Publié le Lundi 1 Juillet 2019 - Les actualités du GNR

Produit pétrolier, le GNR ou gazole non-routier est utilisé massivement par les professionnels. Son niveau de prix a donc une grande importance pour eux. Dans les lignes qui suivent, nous retraçons l’évolution du prix du GNR en juin 2019.

Les prix du GNR juin 2019

Quelle a été l’évolution du prix du GNR au mois de juin et à quoi faut-il s’attendre au cours des prochains mois ? De nombreux professionnels, actifs par exemple dans le secteur du BTP, l’agriculture ou le travail forestier, se posent certainement cette question. En effet, depuis 2011, le GNR est le seul carburant qui peut être utilisé dans un certain nombre d’engins non-routiers comme les grues, niveleuses, tracteurs agricoles et forestiers, etc.

Une baisse quasiment constante au cours du mois de juin

Durant le mois de juin 2019, la trajectoire des prix a été linéaire. Comme on le constate dans le tableau ci-dessous, la baisse des prix du GNR a été quasiment constante.

SEMAINE

PRIX/LITRE

VARIATION

Semaine du 29 mai

0,976 €

/

Semaine du 5 juin

0,945 €

- 0,031 €

Semaine du 12 juin

0,921 €

- 0,024 €

Semaine du 19 juin

0,911 €

- 0,010 €

Semaine du 25 juin

0,924 €

+0,013 €

La différence totale de prix entre la fin du mois de mai et la fin du mois de juin s’élève à 0,052 € par litre. Si cela semble peu, cela peut constituer une différence de taille quand il s’agit de commander des quantités importantes de GNR.

Une conséquence des guerres commerciales

Qu’est-ce qui explique la baisse globale des prix du GNR au cours du mois de juin ? Pour le comprendre, il faut se souvenir que le GNR est un produit pétrolier dont le prix est dépendant des fluctuations du cours de l’or noir. Celles-ci surviennent surtout lorsque le rapport entre offre et demande est déséquilibré. C’est précisément ce qui s’est produit à partir du mois de janvier, lorsque les prix sont repartis à la hausse après une fin d’année 2018 à tendance plutôt baissière. En effet, c’est en début d’année que la décision de l’OPEP de limiter sa production d’1,2 million de barils par jour est entrée en vigueur. Cette décision, à un moment où la demande restait soutenue, a entraîné une hausse des prix constante.

Toutefois, les guerres commerciales entamées par les Etats-Unis à l’encontre de la Chine ou de l’Iran ont entraîné un ralentissement de la croissance économique et, donc, une diminution de la demande mondiale en pétrole. Ce phénomène, joint à la hausse de la production de pétrole aux Etats-Unis, a permis de rééquilibrer la balance entre l’offre et la demande. Mieux encore pour le consommateur de GNR : l’offre est devenue plus importante que la demande. Cette situation a donc fait chuter le cours du pétrole et le prix du GNR au cours du mois de juin.

En fin de période, les tensions militaires entre l’Iran et les Etats-Unis ont toutefois contribué à semer la panique sur les marchés et le cours du pétrole est légèrement remonté.

Notons que la prochaine réunion de l’OPEP se déroule ces 1er et 2 juillet à Vienne. Lors de celle-ci, la décision sera prise de poursuivre ou non la limitation de la production quotidienne de pétrole des pays membres de l’organisation. Ceci aura évidemment un impact important sur le cours du pétrole et le prix du fioul.