Comment est gérée la forêt française ?

Publié le Vendredi 11 Octobre 2019 - Les actualités du Bois

La forêt est aujourd’hui le résultat de siècles d’interactions avec l’Homme, désireux de satisfaire ses besoins en matériaux et en énergie. Mais au fil du temps, son exploitation a été progressivement encadrée pour une gestion plus raisonnée et planifiée. 

gestion forets francaises

Satisfaire les besoins de l’Homme de façon durable, préparer les forêts à l’impact du changement climatique, garantir leur bon état sanitaire ou encore s’assurer de leur renouvellement, tels sont les principaux objectifs de la gestion forestière. 

Une gestion durable de la forêt 

Pour répondre à ces derniers, un code forestier existe depuis de nombreuses années. Celui-ci reconnaît en effet l’importance de « la protection et la mise en valeur des bois et forêts, ainsi que le reboisement dans le cadre d’une gestion durable »Plus concrètement, ce code vise à garantir la santé, la productivité, la diversité biologique et la capacité de régénération des forêts sur le long terme. 

Cette gestion des forêts publiques est assurée par l’Office national des forêts (ONF). L'organisme public a pour rôle de veiller à maintenir ou améliorer le patrimoine forestier pour garantir sa pérennité. Pour ce faire, l’ONF doit élaborer un document de gestion avec le propriétaire de la forêt dans lequel sont relevés les coupes de bois, les renouvellements ou encore les travaux à réaliser sur une période de 10 à 15 ans. 

La gestion des forêts privées est également planifiée dans des documents de gestion durable, rédigés par les propriétaires ou leurs gestionnaires. Ceux-ci sont d’ailleurs obligatoires à partir de 25 hectares. La gestion mise en place doit être conforme au schéma régional de gestion sylvicole afin d’être agréé par le Centre nationale de la propriété forestière. 

En cas d’absence d’un tel document – pour les petites surfaces notamment –, des autorisations préfectorales doivent impérativement être sollicitées pour tous types d’action, tels que la coupe ou le défrichement.

Des règlementations particulières régissent quant à elles les zones considérées comme étant à enjeu environnemental renforcé, tels que les parcs nationaux.

Une certification et des labels forestiers

Des règles strictes sont également établies par le biais d’une certification forestière. Cette dernière concerne tous les intervenants en forêt, du propriétaire à l’entrepreneur de travaux forestiers, mais aussi aux entreprises qui transforment le bois. L’objectif est simple : assurer une traçabilité du bois, de la forêt au produit fini.

Enfin, les labels internationaux PEFC et FSC visent à garantir aux consommateurs des produits – qu’ils soient entièrement en bois ou seulement partiellement – issus d’une gestion forestière durable. En 2018, en France métropolitaine, ce sont pas moins de 5,6 millions d’hectares de surfaces forestières qui ont été certifiées PEFC et environ 56.000 hectares qui ont obtenu le label FSC. 

Total, engagé pour les forêts

En juillet dernier, Total a annoncé son souhait de protéger les forêts, grâce à un investissement annuel de 100 millions de dollars. Une manière, pour le groupe, de préserver une ressource d’avenir et de protéger la planète.