Comment reconnaître un bois de chauffage sec ?

Publié le Mardi 19 Mars 2019 - Les actualités du Bois

Utiliser un bois de chauffage bien sec est crucial pour pouvoir compter sur une énergie efficace, peu polluante et qui n’endommage pas votre installation de chauffage. Voici comment vérifier que votre bois, ou celui que vous comptez acheter, est bien sec.

Première énergie renouvelable en France, le bois de chauffage présente de nombreux avantages. Pour en bénéficier, il y a toutefois une condition à respecter : que votre bois soit bien sec.

Les bénéfices d’un bois de chauffage bien sec

Pour qu’un bois soit considéré comme sec, son taux d’humidité doit descendre sous les 20%. Pour les meilleures essences de bois de chauffage (hêtre, chêne, charme, etc.), un temps de séchage de deux ans, dans de bonnes conditions, est nécessaire pour arriver à ce stade.

Ce n’est qu’en utilisant un bois de chauffage bien sec que vous obtiendrez :

  • un rendement très élevé : vous aurez besoin de brûler moins de bois pour obtenir la chaleur souhaitée ;
  • une installation toujours propre ;
  • des émissions de gaz polluants très limitées.

A l’inverse, un bois humide ne produira pas beaucoup de chaleur, il contribuera à encrasser plus votre installation de chauffage et sera plus polluant.

Les techniques pour reconnaître un bois sec

Ceci étant dit, encore faut-il savoir différencier un bois sec d’un bois humide. En effet, nous parlons ici d’humidité à cœur : elle n’est donc pas perceptible au toucher, par exemple. Par contre, d’autres techniques existent pour pouvoir reconnaître un bois sec.  

Les tests visuels pour reconnaître du bois sec

Vous pouvez déjà obtenir plusieurs indices visuels qui vous permettront de reconnaître un bois bien sec, notamment :

  • la présence de larges fissures, principalement aux extrémités ;
  • la couleur du bois, qui devient plus foncé en vieillissant ;
  • l’écorce du bois, qui a tendance à se détacher toute seule ;
  • la propreté de la bûche, qui ne doit pas présenter de champignons ou de moisissures ;
  • un bois humide crépite lors de la combustion et de la fumée plus foncée s’échappe du conduit d’évacuation.

Vous pouvez également sentir la bûche : si elle ne présente pas d’odeur de sève, elle a plus de chance d’être sèche. Enfin, en plaçant du savon de vaisselle à une extrémité de la bûche et en soufflant dans la bûche par l’autre côté, vous pourrez savoir si le bois est sec. Dans ce cas, le savon de vaisselle moussera sous l’effet de l’air insufflé et circulant dans les veines du bois, ce qui est impossible si les veines du bois sont gorgées d’eau.

Les tests sonores

Un autre test assez facile à effectuer pour tester l’humidité du bois consiste à frapper deux bûches l’une contre l’autre. Si le bruit produit est clair et résonne, le bois est plus sec que si le bruit est sourd et inaudible. Cette méthode n’est toutefois pas à 100% fiable, car elle repose sur des éléments somme toute très subjectifs.

L’utilisation d’un humidimètre 

Pour obtenir une mesure précise du taux d’humidité de vos bûches, le plus efficace est d’avoir recours à un humidimètre à pointes. Celles-ci peuvent s’enfoncer dans le bois, permettant à l’appareil de vous donner une mesure exacte du taux d’humidité.

Si vous souhaitez éviter de vous interroger sur le taux d’humidité du bois que vous achetez, optez pour les Total Bûches Premium. Celles-ci sont séchées dans des installations spécialement conçues, pour vous garantir un taux d’humidité bien en dessous des 20%.