Installation d’un poêle à bois : les bonnes pratiques

Publié le Lundi 27 Mai 2019 - Les actualités du Poêles

Emplacement, entrée d’air et évacuation des fumées, protection des éléments proches… L’installation d’un poêle à bois ne s’improvise pas. Pour profiter longtemps de votre appareil, voici quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre.

Vous avez décidé d’installer un nouveau poêle à bois dans votre logement ? Pour faire les choses dans les règles de l’art, il faut veiller à vérifier une série d’éléments et à réaliser les différents aménagements nécessaires. Toutefois, les bonnes pratiques à mettre en œuvre varient en fonction de votre situation : s’agit-il d’installer un poêle dans un logement qui en a déjà contenu un, ou de mettre en place une toute nouvelle installation ?

Installer un poêle dans un logement déjà adapté

S’il s’agit de remplacer un poêle à bois par un modèle plus récent, ou d’installer un nouvel appareil dans un logement qui en a déjà contenu un auparavant, les choses sont plus simples. En effet, votre maison est en principe déjà conçue pour accueillir un tel appareil. Il est toutefois préférable de vérifier :

  • que le conduit d’évacuation des fumées est toujours en bon état et le faire tuber par un professionnel qualifié si ce n’est pas le cas ;
  • que l’alimentation en air extérieur de l’appareil est suffisante pour assurer une bonne combustion (notamment si une rénovation énergétique du logement a été effectuée).

Après avoir vérifié ces éléments, il s’agira aussi de choisir l’équipement qui s’adaptera parfaitement à vos besoins. Pour cela, posez-vous quelques questions :

  • quelle puissance est nécessaire pour la surface à chauffer ?
  • êtes-vous présent toute la journée dans votre logement et pouvez-vous donc alimenter l’appareil, ou vaut-il mieux opter pour un poêle à bois en pierre réfractaire, offrant une plus longue autonomie ?

Veillez toujours à respecter également les distances de sécurité entre le mur et le poêle. Celles-ci sont renseignées par le fabricant.

Placer un poêle à bois dans une maison non-équipée

Dans le cas où le logement que vous souhaitez équiper d’un poêle à bois n’est pas encore adapté à ce type d’installation, les travaux sont plus lourds. L’arrivée d’air, depuis l’extérieur, ainsi que l’évacuation des fumées, sont deux des principales tâches à réaliser. Si amener de l’air à l’intérieur du logement est moins complexe, l’évacuation, elle, est plus technique et doit être réalisée correctement pour assurer un bon fonctionnement de l’appareil. Voici comment procéder :

  • vérifiez qu’il n’existe pas déjà une cheminée non-utilisée dans votre logement ; tubez-la si elle n’est plus en état ;
  • s’il n’y a pas de cheminée existante ou qu’elle est mal placée, il vous faudra en construire une nouvelle (le choix d’un tubage est aujourd’hui préféré aux cheminées maçonnées) ;
  • faites en sorte que votre cheminée soit droite et longue, car son tirage en sera amélioré ; dans tous les cas, évitez de lui faire emprunter plus de deux coudes ;
  • respectez les différentes normes en vigueur par rapport à l’isolation du conduit.

Attention : il est très important de choisir soigneusement l’emplacement de votre poêle à bois en fonction des pièces que vous souhaitez chauffer. C’est aussi la raison pour laquelle une ancienne cheminée ne pourra pas toujours être utilisée si elle est mal placée.

Enfin, veillez à protéger le sol et les murs, surtout s’ils sont composés de matières inflammables. Souvent, une plaque est posée au sol. Elle permet d’éviter les accidents en cas de projection de braises, notamment.

Pour le reste, les conseils sont les mêmes pour le choix de l’appareil. L’important est de trouver le poêle à bois qui répondra parfaitement à vos besoins, sachant qu’il est toujours préférable d’être pourvu d’un équipement qui tourne à plein régime plutôt que d’un appareil trop puissant qu’il faut faire tourner au ralenti.

Commandez dès maintenant vos TOTAL Pellets Premium