Laisser son poêle à bois allumé toute la nuit : bonne ou mauvaise idée ?

Publié le Dimanche 22 Septembre 2019 et mis à jour le Mardi 24 Septembre 2019 - Les actualités du Poêles

Lorsqu’on commence à utiliser un poêle à bois, on peut se poser la question de savoir s’il est dangereux de le laisser allumé toute la nuit. Nous vous aidons à répondre à cette question.

Poêle à bois

De nombreux utilisateurs de poêles à bois peuvent être tentés de le charger avant d’aller se coucher, de façon à profiter encore de quelques braises au réveil. Mais est-ce vraiment possible et, si oui, est-ce recommandé ?

De quel type de poêle à bois parle-t-on ?

Tout d’abord, il faut bien identifier le type de poêle à bois dont on parle. Un poêle à bois classique, en fonte ou façonné dans un matériau réfractaire, ne dispose que d’une capacité de chargement limitée. Ainsi, même en le chargeant au maximum, il est difficile de garantir que le feu puisse durer jusqu’au lendemain. 

Par contre, d’autres types de poêles peuvent sans doute mieux convenir à ce genre de pratique, notamment les poêles de masse. Ceux-ci peuvent accueillir une quantité plus importante de bois et, une fois qu’ils cessent d’être alimentés – pendant la nuit par exemple –, ils restituent la chaleur durant une plus longue période. Il n’y a donc aucun souci à laisser ce type d’appareil fonctionner pendant toute la nuit.

Les dangers du feu ralenti

Le fait de remplir son poêle à bois pour la nuit n’est donc en soi pas problématique, si tant est que celui-ci fonctionne avec une arrivée d’air correcte.

Ce n’est par contre plus le cas lorsqu'on décide de limiter l’arrivée d’air pour faire perdurer le feu plus longtemps. En effet, dans ce cas, la combustion du bois – dite « au ralenti » – est moins bonne et elle produit plus :

  • de suie ;
  • de gaz polluants ;
  • de particules.

Si vous faites le choix du chauffage au bois pour son côté écologique, une telle pratique est donc de nature à ruiner tous vos efforts. En outre, elle représente un réel danger sur le long terme. En effet, votre installation va s’encrasser très rapidement et les risques d’intoxication au monoxyde carbone ou de feux de cheminée vont aller croissant, surtout si vous n’êtes pas très rigoureux sur le ramonage. 

Choisir un autre type d’installation

Si vous souhaitez vraiment pouvoir compter sur un feu encore actif au réveil, il est plus judicieux d’opter pour un autre type d’installation que de faire tourner votre feu de bois au ralenti. Un poêle à pellets pourra ainsi facilement être programmé pour vous offrir la chaleur souhaitée au réveil, le tout sans compromettre votre sécurité. 

Notez que, si vous êtes un inconditionnel de la flambée au bois, il est aujourd’hui possible de trouver sur le marché des appareils mixtes bois-pellets. Ceux-ci ont l’avantage de pouvoir fonctionner de manière automatisée, en utilisant les pellets, pendant votre absence, et de fonctionner au bois lorsque vous rentrez et que vous souhaitez voir les flammes danser dans le foyer. Le meilleur des deux mondes, en quelque sorte…