Le bois énergie consommé en France participe-t-il à la déforestation ?

Publié le Vendredi 11 Octobre 2019 - Les actualités du Bois

En 2017, entre 7,5 et 8 millions de ménages français étaient équipés d’un appareil de chauffage au bois. Un chiffre en constante augmentation. Malgré ce succès croissant, le bois énergie consommé ne contribue pas pour autant à la déforestation. Nous vous expliquons pourquoi.

energie bois deforestation

Avec pas moins de 42% de la production nationale d’énergies renouvelables, le bois est une ressource très plébiscitée des Français. On peut donc se demander si l’engouement pour cette énergie ne participe pas à la déforestation du pays. Rassurez-vous : les forêts de l’Hexagone sont gérées durablement, ce qui permet de préserver les ressources en bois. 

Plus d’arbres plantés que coupés

En France, les prélèvements de bois restent inférieurs à l’accroissement naturel de la forêt. En d’autres termes, il y a plus d’arbres plantés, que de bois coupés. Inévitablement, le volume de bois présent dans les forêts françaises augmente donc tous les ans. 

À titre d’exemple, selon le Mémento FCBA 2018, l’accroissement annuel en bois produit par la croissance des arbres – appelé production biologique – est estimé à 94,6 millions de mpour l’année 2016. Le volume de prélèvement est quant à lui de 59,5 millions de m3, ce qui représente 62% de l’accroissement de cette même année. 

Des ressources bois conséquentes

Malgré l’exploitation, les stocks de bois restent donc importants. En France, la surface de forêt a d’ailleurs doublé en moins de 200 ans. La situation est telle que le pays importe moins de 5% de sa consommation en bois, selon les statistiques de la Direction générale des douanes et droits indirects. 

Et ce n’est pas près de changer. Selon une étude réalisée par l’IGN, le FCBA et l’ADEME, 19,8 millions de m3de bois supplémentaires pourraient être mobilisés chaque année, sans pour autant entamer la pérennité de la forêt. 

Des ressources bois constamment sondées

De nombreux garde-fous ont été mis en place afin de préserver la qualité de la ressource forestière. Les professionnels de la sylviculture – l'exploitation des arbres forestiers – assurent notamment le renouvellement des peuplements par régénération naturelle ou par replantation. 

Les ressources du combustible sont par ailleurs surveillées de près. À l’échelle locale, des études d’approvisionnement sont systématiquement menées lors de l’élaboration d’un projet de chaufferie. Elles visent à s’assurer de différents éléments pour l’exploitation, à savoir : 

  • la disponibilité de la ressource ;
  • l’organisation de l’extraction ;
  • le transport et la distribution du bois. 

De son côté, le porteur du projet doit également présenter un plan d’approvisionnement détaillé. Le dossier est ensuite validé par les cellules Biomasse locales qui ont pour rôle d’analyser sa compatibilité avec l’état de l’exploitation actuelle et à venir.

L’exploitation du bois reste donc très encadrée et ne participe aucunement à la déforestation.