Quel est le meilleur bois de chauffage ?

Publié le Thursday, May 7, 2020 et mis à jour le Saturday, July 18, 2020 - Les actualités du Bois

L’utilisation d’un bois de qualité est indispensable pour bénéficier de toute l’efficacité de votre appareil de chauffage. Mais comment sélectionner le meilleur bois de chauffage ? Nous vous aidons à y voir plus clair.

quel bois choisir

Quand on commence à se chauffer au bois, il n’est pas toujours facile de savoir quel bois de chauffage est le plus performant. Pourtant, quelques informations de base suffisent pour être capable de faire le bon choix.

Le choix d’une essence adaptée

Tout d’abord, il faut veiller à choisir une essence de bois adaptée. Évidemment, tous les bois brûlent, mais certains le font plus rapidement que d’autres, certains dégagent plus de chaleur, etc.

Pour s’y retrouver parmi toutes les essences de bois présentes dans la nature, on peut les classer en trois catégories :

  • les feuillus durs comme le chêne, le hêtre, le charme, etc. ;

  • les feuillus semi durs comme le bouleau, le peuplier, les arbres fruitiers, etc. ;

  • les résineux tels le sapin, l’épicéa, le pin, le mélèze, etc.).

Le choix d’un bois à brûler doit de préférence se faire au sein de la catégorie des feuillus durs. En effet, ceux-ci brûleront plus longtemps, en dégageant une chaleur plus intense. Les feuillus semi durs, qui brûlent plus rapidement, pourront quant à eux être utilisés à l’allumage. Il est par contre déconseillé de brûler du bois de résineux dans un poêle conventionnel. En effet, les résines qu’il contient encrassent rapidement l’ensemble de votre installation. Seuls les poêles de masse, en raison des très hautes températures qu’ils atteignent, peuvent être alimentés avec ce type de bois.

Le taux d’humidité du bois

Au-delà du choix de l’essence, il est primordial de vérifier le taux d’humidité de votre bois de chauffage. Il est en effet préférable de brûler un bois semi dur bien sec plutôt qu’un bois dur mais humide. Et pour cause : un bois humide offrira un rendement bien inférieur à un bois sec, puisqu’une partie de l’énergie sera utilisée pour évaporer l’humidité, résultant en une chaleur moindre et des fumées plus importantes, qui saliront votre installation.

Pour qu’un bois de chauffage soit réellement efficace, il faut de préférence que son taux d’humidité se situe sous les 20%. L’humidité du bois peut se mesurer grâce à des appareils adaptés qu’on trouve facilement dans les magasins de bricolage, par exemple.

Pour faciliter l’identification d’un bois de chauffage de qualité, une taxonomie a été mise en place. La lettre « H » suivie d’un chiffre définit l’essence de bois. La lettre « G » renvoie quant à elle au niveau d’humidité. Le étiqueté « H1G1 » est ainsi le plus indiqué : il est issu d’une essence de bois dur, contenant moins de 20% d’humidité.

Veiller aussi à la qualité de l’appareil

La qualité du bois a certes une importance, mais celle de votre appareil de chauffage compte également. Pour vous repérer face à l’importante offre qui vous est proposée, vous pouvez vous fier au label Flamme Verte. Fruit d’une collaboration entre l’ADEME et les fabricants d’appareils de chauffage au bois, ils permettent de repérer facilement les appareils les plus performants. Aujourd’hui, les labels Flamme Verte 6 et 7 étoiles sont décernés aux poêles, inserts et chaudières les plus performants. Ces labels sont souvent exigés pour pouvoir bénéficier d’une prime. Soyez-y donc attentifs !