Quel est le pouvoir calorifique des granulés de bois ?

Publié le Dimanche 3 Février 2019 - Les actualités du Pellets et bûches

De plus en plus populaires en France, les granulés de bois ou pellets se distinguent autant par leur coût, qui reste abordable, que par leur niveau de performance. C’est le pouvoir calorifique qui permet d’objectiver cette donnée.

Pellets pouvoir calorifique

Pourquoi les granulés de bois sont-ils considérés comme un combustible performant ? C’est en raison de leur pouvoir calorifique, une notion qui permet de comparer les performances de différents combustibles.

Qu’est-ce que le pouvoir calorifique ?

Pour bien comprendre le niveau d’efficacité énergétique offert par les pellets, il faut d’abord bien cerner ce concept de pouvoir calorifique. Dans cet ordre d’idées, il convient de distinguer deux notions proches :

  • le pouvoir calorifique inférieur (PCI) : désigne la quantité d’énergie (de chaleur en l’occurrence) dégagée par le combustible lorsqu’il brûle (par unité de masse/de volume) ;
  • le pouvoir calorifique supérieur (PCS) : désigne le quantité d’énergie dégagée par le combustible lorsqu’il brûle, mais aussi la chaleur latente de l’eau. Quand un combustible brûle, de la vapeur d’eau se forme en effet. En la condensant, on peut ramener cette vapeur à sa forme liquide et utiliser cette eau chaude.

C’est le plus souvent le PCI qui est utilisé pour évaluer la performance d’un combustible. Il est vrai qu’une installation adéquate – à condensation – est nécessaire pour pouvoir exploiter le PCS d’un combustible.

Quels sont les facteurs qui influencent le PCI du pellet ?

Le PCI des granulés de bois, comme celui du bois bûche, est d’abord influencé par le taux d’humidité du combustible. En effet, la combustion d’un bois humide commencera par l’évaporation de l’eau contenue dans le bois, avant de produire de la chaleur.

Toutefois, les granulés de bois ont l’avantage d’être, en principe, très peu humides. Les copeaux et autres résidus qui sont utilisés pour les fabriquer sont en effet séchés avant de former les pellets. Cela garantit un taux d’humidité situé sous les 10% et, dès lors, un très bon PCI.

Pour le bois bûche, l’essence de bois utilisée a également une influence sur le PCI : un bois de feuillu dur, comme le chêne, produira plus de chaleur qu’un résineux, par exemple. Au contraire, il est préférable de choisir des pellets composés avec du bois de résineux. Celui-ci permet en effet de fabriquer les granulés de bois sans avoir recours au moindre additif. Les additifs chimiques peuvent en effet encrasser votre installation, tout en présentant un danger pour votre santé.

Le PCI du pellet, supérieur au bois bûche

Alors, finalement, quel est le PCI des granulés de bois ? Celui-ci peut en réalité varier entre les différentes marques. Toutefois, une marque certifiée DINplus devra nécessairement proposer des pellets offrant un PCI d’au moins 4,6 kWh. Au prix actuel des pellets, cela signifie qu’un kWh produit avec des granulés de bois coûtera entre 0,02 et 0,055 € (en fonction de votre équipement de chauffage).

Cela dit, les Total Pellets Premium sont encore plus performants que ce que préconise cette norme, puisqu’ils offrent un PCI de 4,8 kWh.