Tout savoir sur… l’arrivée d’air pour un poêle à granulés

Publié le Friday, July 16, 2021 et mis à jour le Friday, July 30, 2021 - Les actualités du Poêles

Ce n’est pas une option : la pose d’un poêle à granulés dans une pièce entraîne obligatoirement la création d’une arrivée d’air. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet.

Arrivée d’air poêle à granulés

Vous envisagez de faire l’acquisition d’un poêle à granulés ? C’est une bonne idée, tant cet appareil présente des avantages, que ce soit en termes de rendement, d’efficacité énergétique ou encore de coût à l’usage. Néanmoins, n’oubliez pas qu’il vous faudra impérativement créer une arrivée d’air dans la pièce dans laquelle le poêle se trouve. Pourquoi ? Quelles sont les options qui existent ? Qui peut s’occuper de cet aménagement ? Faisons le point.

Une obligation réglementaire

En France, il n’est pas possible d’installer un poêle à granulés dans une pièce qui n’est pas pourvue d’une arrivée d’air. Cette disposition réglementaire repose sur une explication logique : lors de la combustion, le poêle à granulés prélève l’air dont il a besoin directement dans la pièce dans laquelle il se trouve. Sans prise d’air sur l’extérieur, les pellets vont s’accumuler dans la chambre de combustion et, in fine, l’appareil va tomber en panne.

Il convient donc de prévoir une ouverture sur l’extérieur (directe ou indirecte) suffisante pour alimenter le poêle à granulés dans la durée (la combustion d’un kilo de bois nécessite ainsi entre 9 et 15 m3 d’air), quelle que soit la température extérieure. Par exemple, on recommande la création d’une ouverture de 50 cm2 pour les appareils de moins de 25 kW.

La prise d’air à l’intérieur de la pièce

Il existe trois options pour alimenter le poêle à granulés en air extérieur. La première, que l’on utilise souvent en rénovation, consiste à « piocher » dans l’air intérieur, un air lui-même alimenté par une entrée d’air non-obturable (permanente et aménagée de telle façon qu’elle ne puisse pas être gênée par les occupants), avec une section d’au moins 50 cm2 de passage réel. Dans l’idéal, cette entrée doit se trouver dans le sens des vents dominants, et déboucher directement dans la pièce où est installé le poêle.

Attention, si vous disposez dans la même pièce d’une hotte ou d’une VMC, le risque de voir le logement être mis en dépression existe : ces appareils disposent d’un tirage assez important. Assurez-vous donc que le débit d’air est suffisant pour l’ensemble des aménagements de votre maison ou de votre appartement.

La prise d’air à l’extérieur avec conduits séparés

Seconde solution, le raccordement direct du poêle sur l’air extérieur. On dit alors que ce raccordement est « étanche », car totalement indépendant du tirage sur l’air ambiant (par une hotte, une VMC…). Son fonctionnement est très simple : on installe une prise d’air à l’extérieur du logement (ou, si ce n’est pas possible, dans une zone tampon ventilée, comme le garage), laquelle est reliée au poêle à granulés via un conduit en inox ou en aluminium.

Cette solution s’avère très avantageuse, puisqu’elle évite au poêle de consommer un air déjà chauffé. Résultat ? Selon une étude réalisée par l’Ademe en avril 2019, un gain de 10 % du rendement est possible avec une prise d’air à l’extérieur disposant de ses conduits dédiés.

La prise d’air à l’extérieur avec conduit concentrique

Le conduit concentrique est la troisième solution pour amener de l’air vers un poêle à granulés. Le principe ? Deux conduits sont superposés et soudés entre eux. Parfaitement étanches, ils répondent à des besoins différents :

  • sur les bords extérieurs, le grand cylindre ramène l’air vers le poêle ;
  • à l’intérieur du conduit, le petit cylindre évacue les fumées vers le toit.

L’avantage ? Au contact du conduit des fumées chaudes, l’air frais extérieur arrive déjà préchauffé à la chaudière à granulés, ce qui offre à cette dernière un rendement encore meilleur.

De l’importance de faire appel à un professionnel

L’installation d’une arrivée d’air destinée à alimenter une chaudière à granulés est extrêmement technique. Elle fait aussi l’objet de plusieurs normes et réglementations. Il est donc plus que recommandé de passer par un professionnel pour étudier la solution la plus adaptée à votre domicile et pour sa réalisation.

Cela est d’autant plus vrai qu’en passant par un professionnel certifié, vous pourrez prétendre à certaines aides publiques, permettant de réduire la note globale liée à l’installation de votre poêle à granulés. Il s’agit, notamment, du dispositif MaPrimeRénov’, du crédit d’impôt pour la transition énergétique ou encore de la TVA réduite à 5,5 %. Pensez-y !