Le cerisier est-il un bon bois de chauffage ?

Publié le Lundi 17 Février 2020 et mis à jour le Jeudi 26 Mars 2020 - Les actualités du Bois

Parmi toutes les essences de bois, certaines offrent un meilleur rendement que d’autres lorsqu’elles sont utilisées comme combustibles. Dans les lignes qui suivent, nous nous penchons sur le bois de cerisier.

Cerisier comme bois de chauffage

Il n’est pas toujours facile de savoir si une essence de bois moins connue constituera un bon combustible. C’est le cas des arbres fruitiers, qui sont moins utilisés comme combustibles que les feuillus traditionnellement brûlés dans un poêle, une cheminée ou un insert.

Un classement des essences de bois

Il existe une nomenclature pour classer le bois à brûler selon sa qualité. Celle-ci se compose de deux lettres et de deux chiffres :

  • H, qui renvoie au taux d’humidité du bois ;

  • G, qui renvoie à l’essence de bois.

Pour chacune de ces lettres, il existe plusieurs catégories chiffrées. En ce qui concerne l’essence de bois, la classification est la suivante :

  • G1 : les feuillus durs (chêne, hêtre, charme…), qui constituent les meilleurs combustibles ;

  • G2 : les feuillus mi-durs (châtaignier, robinier, arbres fruitiers, etc.) ;

  • G3 : les bois tendres (bouleau, érable, aulne, peuplier, saule, tilleul) et résineux.

Le cerisier, un feuillu mi-dur

Le cerisier est un arbre fruitier appartenant au genre Prunus, comme l’abricotier, l’amandier, le pêcher ou le prunier. Comme tous les arbres fruitiers, il fait donc partie du groupe G2, celui des feuillus mi-durs.

Cela signifie que son bois, utilisé comme combustible, produira une belle chaleur. Toutefois, étant moins dense, ce bois brûlera aussi moins longtemps que les variétés comme le chêne ou le hêtre. Petit avantage du cerisier : il dégage une odeur agréable en brûlant.

Ni mauvais, ni particulièrement bon comme combustible, le bois de cerisier peut donc être utilisé dans votre poêle, votre insert ou votre cheminée sans aucun risque. Si vous souhaitez brûler un cerisier mort ou débité par vos soins, cela ne pose donc aucun problème.

Le taux d’humidité, critère essentiel

Le choix d’une essence de bois adaptée ne suffit pas pour produire une chaleur confortable, en toute sécurité. En effet, le taux d’humidité est également primordial. Au moment où il est abattu, le bois contient encore environ 50% d’eau. Pour qu’il puisse être utilisé comme combustible, ce pourcentage doit tomber sous la barre des 20%. Un séchage de deux ans, dans de bonnes conditions, est nécessaire pour y parvenir.

Un bois présentant 30 à 40% d’humidité émettra plus de polluants en brûlant et encrassera rapidement votre installation. A tout prendre, il est ainsi préférable de brûler du cerisier sec que du chêne gorgé d’humidité…

Tout le monde n’a pas l’opportunité de stocker du bois vert et de le faire sécher dans de bonnes conditions. Si vous êtes dans ce cas, nous vous conseillons d’opter pour les Total Bûches Premium. Façonnées dans du bois de feuillu dur (chêne, hêtre, charme), ces bûches sont séchées en étuves et présentent donc des taux d’humidité bien en dessous des 20%. Elles sont en outre livrées par palette au plus près de votre lieu de stockage.